intersiderale - διαστρική

au suivant ?

mercredi 24 avril 2002, par stalinopAnk

Au fil d’un état d’âme découlant des élections présidentielles françaises, je vous livre mes réflexions non-abouties..

AU SUIVANT !

Pour les différentes raisons que je me passe d’expliquer, les "fabriqueurs d’opinions publiques" (voir par exemple "Commentaires sur la société du spectacle" de G. Dedord) se garderont bien d’avoir la moindre idée originale pour contrecarrer un Lepen et un Chirac dans un système dysfonctionnant.

Ces "fabriqueurs" d’opinions n’étant que les laquais des pouvoirs institutionnels et les défenseurs ardents de ce système, ils se garderont bien, au nom de la démocratie, d’informer. Ils ont beau s’égosiller contre l’intolérance d’un Lepen, ils ne font qu’endormir les peuples.

Or, il ne s’agit plus de choisir entre la peste et le choléra, entre un Chirac et un Lepen, mais bien de remettre en cause tout un système comme l’ont bien compris les altermondialistes.

Quelle sera la réaction des peuples de France ? et plus largement des peuples tout court ?
J’espère qu’elle sera à la hauteur des mythes et des contes que la culture multiculturelle de France véhicule.

A quoi bon rester dans le schéma du vote, d’une légalité qui entérinera l’illégalité, dès lors où il n’y a aucune alternative ?

Quelle seront, au-delà des railleries et des moqueries amères, des passions et des solidarités, la réaction et les actions des multitudes de l’altermondialisation ?

Proposer le vote Chirac est nul. Voter pour Lepen est toujours nul. Voter nul est nul.
Que faire ?

Poser la question du "contrat social" est nul encore car elle fait supposer qu’un quelconque contrat social ait jamais existé. Pourquoi respecter des lois établies et préétablies au nom de la démocratie, alors que la démocratie est déficiente et que ces lois ne respectent qu’une minorité diffamante et/ou infamante ? (Et ce n’est guère nouveau !)

Vu la situation pourquoi les démocrates, les citoyens et les non-citoyens devraient-ils accepter les règles d’un jeu qui s’avère faussé ?
Le joueur joue avec la chance dans les règles ou non.
Le citoyen joue-t-il au même jeu ?

Les défenseurs des institutions établies iront tous à nous conseiller de voter Chirac, voire de voter anti-Lepen (! !), plutôt de remettre un tant soit peu une institution. Ces mêmes défenseurs sont aussi responsables et voudraient nous déresponsabiliser en nous vendant à un Chirac.
Tant qu’à perdre ou à gagner, ne serait-il pas plus intelligent de laisser un Lepen combattre et user ses forces contre un Chirac, et inversement. Au fond, quelle est la différence entre un fasciste rampant, sous couvert de démocratie et de magouilles, et un fasciste tout court ? Laissons-les dans le spectacle et organisons plutôt la vie ?

La résistance, et surtout l’attaque, ne serait-elle pas la remise en cause d’un système de représentation qui ne représente rien ou rien d’autre que la défense de ses pouvoirs.
C’est une finalité et un commencement !

NO PASARAN !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0