intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en français > blabla > (tentative de) pamphlet galactik > [tentative 01] > pamphlet01 :: émulation versus concurrence > [pages 8-9] Le processus de développement œuf-ver-cocon-bombyx

Pôle d’attraction - émulation versus Concurrence

[pages 8-9] Le processus de développement œuf-ver-cocon-bombyx

Mutants, droïdes & autres blob’s de la galaxie unissez-vous !

lundi 1er avril 1996, par intersiderale

Toutes les versions de cet article : [English] [français]

« Dans l’univers et sur la terre, toute chose naît, se développe et meurt sans cesse et ne peut être consolidée définitivement. Prenons l’exemple de la vie d’un ver à soie. Non seulement il finit inévitablement par mourir, mais il traverse en outre, au cours du processus d’évolution de sa vie, les quatre étapes suivantes : œuf, ver, cocon, bombyx. Chacune de ces étapes conduit à l’étape suivante ; elle ne peut être consolidée. Lorsque le bombyx meurt à la fin, la veille matière se transforme en matière nouvelle (un grand nombre d’œufs de ver à soie sont nés). Il s’agit là d’un bond qualitatif. Dans le processus de développement œuf-ver-cocon-bombyx, de toute évidence, il n’y a pas que des changements quantitatifs ; des changements qualitatifs - changements qualitatifs partiels - se produisent également. L’homme aussi, au cours du processus de sa naissance à sa mort, traverse différentes étapes : l’enfance, l’adolescence, la jeunesse, l’age adulte et la vieillesse. De la naissance à la mort, le processus est aussi bien un processus de changements quantitatifs qu’un processus de changements qualitatifs partiels ininterrompus. Comment peut-on affirmer qu’il n’y a qu’un accroissement quantitatif, mais aucune transformation qualitative, lorsque l’enfant devient grand et que l’adulte devient vieillard ? Dans le corps humain, les cellules se divisent sans cesse. Les vieilles cellules meurent et de nouvelles cellules naissent constamment. Avec la mort de l’homme, un changement qualitatif complet se produit. Ce changement qualitatif se réalise en passant par des changements quantitatifs qui se produisent de manière ininterrompue et des changements qualitatifs partiels constants inhérents aux changements quantitatifs. Le changement quantitatif et le changement qualitatif constituent une unité de contraires. Il y a dans un changement quantitatif des changements qualitatifs partiels. Il ne faut pas dire qu’il n’y a pas de changements qualitatifs dans un changement quantitatif. De même, il y a dans un changement qualitatif des changements quantitatifs. Il ne faut pas dire qu’il n’y a pas de changements quantitatifs dans un changement qualitatif.
Lorsqu’il s’agit d’un processus long, avant l’avènement du changement qualitatif final, il y a forcement des changements quantitatifs ininterrompus et de nombreux changements qualitatifs partiels. S’il n’y a pas de changements qualitatifs partiels ni de nombreux changements quantitatifs, le changement qualitatif final ne peut pas se produire. Prenons l’exemple d’une usine. »

P.-S.

Mao Zedong, 1960. Extrait de la note 21. La prétendue « consolidation définitive » in Notes de lecture sur le Manuel d’économie politique de l’Union soviétique.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0