intersiderale - διαστρική

Le précariat rebelle liégeois, un peu d’histoire

LES CYBERMANDAI/E/S 2002-2005

samedi 19 février 2005, par savate

" Nos capacités communicationnelles, affectives et créatives sont exploitées au maximum". On est pas dupe. Le contrôle social régimente nos vies.

Les polices de l’Etat Social Actif traque et punit nos désertions du salariat et des autres formes d’exploitation.

Désobéir, ça on aime beaucoup.

Nous sommes des travailleurs hybrides, nomades et singuliers. Bien que créateurs d’un grand flux de richesses sociales, nous sommes rejetés dans un no man’s land du droit. Les gardiens de l’Empire ne nous tolèrent que bénévoles.

Nous, banlieusards du travail salarié, n’avons jamais vu et ne verrons jamais le désormais mythique contrat à durée indéterminée.

Qu’importe nos façons de vivre et de produire sont multiples, nous rêvons d’autres choses.

Et notre lutte passe par la reconnaissance de nos modes de vie, nos manières de désirer et de produire.

les cybermandaï/e/s est un collectif né 2002 de la rencontre de l’intersidérale, petite tribu zapatiste d’intellectuels précaires principalement liégeois et d’autres tribus de squatteurs, étudiants, artistes et militants de toutes sortes. Il s’autodéfinit comme un collectif de barbares sympas et polymorphes, intermittents de la société du spectacle, adeptes de politique festive rose et argent , fans des barbapapas - qui comme eux se transforment à volonté - font la fête à la fête du travail en subversion colorée. Pour les mutants, les blobs, les précaires, les cosmonautes et les hors genres.

Liège 2002, le collectif s’accorde pour dire la meilleure façon de célébrer la fête du travail est d’organiser une streetparty.. Le 1er Mai, les cybermandaï/e/es prennent les rues et se ré-approprient leur ville de manière plutôt festive. La street-party aura été le fruit d’une double réflexion, d’abord le 1er mai, fête du travail, devait être la fête de tous les travailleurs y compris ceux qui ne sont pas reconnus en tant que tels, et donc le monopole des syndicats qui ne représentent et ne défendent qu’une partie des travailleurs devait être critiqué, ensuite cette critique pouvait devenir la base d’une nouvelle conception du travail dans laquelle les travailleurs précaires pouvaient se définir comme producteurs d’une richesse non-reconnue.

En avril 2003, un commando cybermandai/e/s attaque une agence intérim recouvrant les vitrines de slogans genre "si tu ne trouve plus rien, cherche autre chose" pendant une manifestation ouvrière, c’est le tour de chauffe. Le 1er mai, la steetparty est prolongée par l’occupation symbolique et éphémère d’une école inutilisée appartenant la ville de Liège. Cette occupation est un moyen concret de célébrer et de faire vivre ce qu’ils sont, des travailleurs précaires, et ce qu’ils font, produire de la richesse immatérielle non-stop. Le but de cette opération était d’ouvrir une Zone Autonome Temporaire à même d’accueillir toute cette production immatérielle. Dans ce monde en guerre (eh oui, pour ceux qui ne l’ont pas encore remarqué, la guerre est globale et permanente), cette initiative cybermandaï/e/s avait pour but d’ouvrir un centre social, c’est-à-dire un lieu réaffecté à un usage échappant aux lois de la marchandisation et du formatage du monde, ce qu’ ils appelent l’Empire. Ouvrir un espace d’échange, un espace de vie et de discussion est un acte politique.

Les cybermandaï/e/s quittent les lieux après cinq jours d’occupation en ayant pu partager leurs réflexions et leurs questions avec des centaines de personnes. Le savoir, les connaissances, la communication, l’information sont considérés par tous comme des enjeux fondamentaux de notre présent. Celui qui n’y a pas accès est un exclu social. Les cybermandai/e/s ont voulu poser la question donc de l’identification de ce que sont les savoirs, des lieux où ils passent et se transmettent ? Qui a le pouvoir de produire et de transmettre des savoirs autres que ceux que le marché réclame pour fonctionner ? Où sont les autres lieux de production et d’échange ? Quels savoirs sont vecteurs d’émancipation ? Comment les savoirs, plus généralement, se produisent-ils, s’acquièrent-ils, s’échangent-ils ? A qui et à quoi servent-ils, et comment ? Comment se confrontent-ils aux enclosures liées à la propriété intellectuelle et aux lois du copyright ? Comment la question de leur production se lie-t-elle à celle du revenu ?

Il leur semble impossible de faire l’économie de la question des conditions d’une reconquête par le savoir de son statut de bien collectif, social et non-privatisable. Peut-être faut-il chercher à construire des dispositifs nouveaux et multiples de production et d’échange, fondés sur la coopération ... C’est sur cette base qu’une partie du collectif s’engage sur un nouveau projet "Blablaxpress" , d’une part et que la l’année suivante, le collectif " ...suivre le lapin blanc", crée pour l’occasion, organise l’ouverture d’un bâtiment appartenant à l’université de Liège et baptisé "faculté autonome du Kaspatou".

Blablaxpress est une association sans but lucratif. Des cybermandai/e/s se sont rassemblés autour d’un projet de microservice public numérique, un projet de médias indépendants et de laboratoire informatique libérée. Au cœur du projet de blablaXpress, il y a surtout la tentative de penser les mutations en cours, de les travailler dans le sens d’une plus grande autonomie pour nous. BlablaXpress est fait de machines, de câbles, de connexions éthériennes, de délocalisations, d’un local, de savoirs-faire, de cerveaux qui coopèrent. L’objectif de blablaXpress est de promouvoir la "copyleft attitude" , d’offrir un accès libre à un espace, des outils et des méthodes qui permettent à ses usagers de s’exprimer à travers les nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) et de gérer collectivement ces outils. En ce sens Blablaxpress veut être un l’outil de la communication des cybermandaï/e/s

Aujourd’hui, il y a certainement une possibilité concrète de dépasser le simple droit à l’information pour tous pour proposer le droit à l’autogestion de la communication. La rencontre d’une mutation technologique avec un désir de mutation sociale amène à considérer les NTIC comme l’opportunité d’explorer un mode de production et de communication différent : celui du rapport de tous à tous. Elles offrent la possibilité de quitter le siège du spectateur pour gagner la posture de l’usager. Dans Blablaxpress l’enjeu réel est plutôt de se réapproprier les médias en tant que moyens de production de besoins, de désirs et de relations plutôt qu’uniquement comme moyens de représentation.

Le 1er mai 2004, les cybermandai/e/s savent qu’ils ne sont pas les seuls à travailler la question du précariat, toute une genération de jeunes européens est en train de prendre conscience d’elle-même. Ils changent momentanément de nom et occupent un bâtiment appartenant à l’université de Liège. L’intention d’y établir une centre social pour y développer un usage échappant aux lois de la marchandisation et du formatage du monde est claire et partagée. Les cybermandaï/e/s espèrent pouvoir travailler leurs questionnements et leurs revendications politiques. Malgré l’expulsion immédiate, des négociations sont entamées pour trouver un lieu qui pourra accueillir un centre social autonome. Quant à blablaxpress, l’association attend avec impatience l’ouverture du centre social pour pouvoir y installer ses bureaux et ses activités.

En 2005, il est question d’organiser l’euromayday à Liège, en collaboration avec des activistes et des collectifs de toute la région et de tout le pays.

Le "precaritylifestylecrew" est sorti de l’ombre au mois de janvier et tente d’amener la question de la précarité sur la place publique, d’une part, et de proposer d’investir l’euromayday comme moment de visibilité et d’action politique, d’une autre.

P.-S.

une prochaine soirée d’info est prévue le mercredi 9 mars 2005 à la Zone, n°42 quai de l’ourthe 4020 liège

1 Message

  • > LES CYBERMANDAI/E/S 2001-2005 31 mars 2005 15:45, par Vas-y KiKi tu peux toujours chercher.......

    La poésie est effectivement un très joli défouloir...Mais hélas pour l’homme qui aime les actions en vous fréquentant il se met hors jeu...Et j’aime jouer donc me voilà condamné aux mensonges et à la solitude. Juste une questions de formes... N’est-ce pas ??????

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0