intersiderale - διαστρική

4] Perspectives

jeudi 20 avril 2006, par EMD

Les 4 courts textes intitulés Champ d’action, Traiter avec la précarité, Migration, politiques d’Etat et travail et Perspectives ont été écrit par le collectif EMD Liège (janvier 2006) dans le cadre d’un travail d’échanges d’expériences et de connaissances de l’ensemble du réseau EuroMayDay. Chaque collectif local était invité à produire un texte sur sa réalité à propos de ces 4 questions, l’ensemble ayant pour but de mettre en avant la diversité et le commun des situations européennes et des initiatives militantes qui y sont menées.

Lors des réformes de l’assurance chômage, des expériences de contre-offensive ont été mise en place (essentiellement une plate-forme "stop chasse aux chômeurs") mais aucune n’a donné de résultat. L’échec en dit long sur la stratégie des syndicats et autres organisations satellites à ceux-ci. L’échec est pour nous lié :

- A la stratégie de concertation des syndicats à un niveau national où les règles du jeu sont truquées.
- Au discours sur l’emploi pour tous (exactement le même que celui de la CES au niveau européen) qui ne fait que renforcer un continuum idéologique dangereux avec le discours sur l’employabilité.
- A notre incapacité à élaborer et porter un discours général, une lutte sur la précarité touchant une plus large partie de la population et qui transcende les catégories classique (travailleur, consommateur, chômeur, étudiant, migrant, artiste..).

En ce qui nous concerne, nous ne pouvons qu’agir sur ce dernier point. C’est pourquoi des collectifs étudiants, anti-pub, travailleurs précaires tentent d’élaborer un discours et une stratégie à la fois spécifiques à leur terrain et communs aux autres. C’est déjà ce qui a prévalu dans la construction d’actions communes lors de la journée sans achat. D’autres actions sont prévues et en préparation pour les mois qui viennent. Les objectifs de ces actions futures sont :

- Produire des conflits qui mettent au premier plan la précarité que subissent les banlieusards du travail salarié (Flexblues).
- Envahir l’environnement urbain de la consommation en permettant l’expression d’opinions politiques et artistiques subversives.
- Créer des lieux propices aux pratiques de l’échange et de la gratuité.

EuroMayDay n’est pas en Belgique un processus national et ne le deviendra pas rapidement. Les collectifs forts des années 90 comme le collectif sans ticket et "chômeur pas chien" ont disparu. Les activistes de l’air no global du pays entretiennent des relations amicales mais n’ont pas de projet politique commun. Il y a un potentiel. Mais celui-ci ne pourra s’exprimer que lorsque nous obtiendrons une victoire locale significative (on y travaille :), lorsque le processus euromayday gagnera en clarté et ne sera plus identifié uniquement comme un jour de parade commune. Un texte comme les webblies pourrait amener à une plus grande lisibilité du processus EuroMayDay.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0