intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en français > blabla > P.V. > PV subjectif de Thierry, fait ce 4 juin à 13h

PV subjectif de Thierry, fait ce 4 juin √ 13h

samedi 5 juin 2004, par Cybermanda√Į-e-s (Date de rédaction antérieure : 10 juin 2003).

PV r√©union groupe de travail ¬« Qu’est-ce qu’un centre social ? ¬ » - Cyber-Manda√Į(e)s - 3 juin 2003


POUR RAPPEL AG DES CM LE 10 JUIN A 19H30 AU CPCR 11 JONRUELLE


Deux propositions concr√®tes sont d’abord mises en discussion :

-  Thierry propose la mise en place d’un groupe de travail qui bosserait sur l’organisation durant le mois de septembre d’un week-end de rencontre avec des gens qui vivent ou ont v√©cu concr√®tement des exp√©riences de centre social ( Eurodusnie, √ Eisden (Holl.) ; Centres sociaux du Nord de l’Italie ; centre social de la Porte de Halles et de la rue de la Victoire √ Bruxelles ; Laboratorio de Madrid ;‚€¶) : comment se sont-ils organis√©s ? comment se vivent (ou se vivaient) les rapports entre ¬« habitants ¬ », ¬« organisations politiques et culturelles ¬ » et ¬« activit√©s ouvertes aux publics ? Quelles furent les difficult√©s, les impasses ( A Bruxelles, le centre social s’est auto-dissout !), les tentatives de r√©ponses ou de solutions ?‚€¶. (cette liste de questions √ se/leur poser est √ affiner et √ compl√©ter) .

-  Vince et Dom font part de leur d√©sir de voir les CM s’adjoindre √ une partie de la Factory pour r√©-ouvrir un lieu apr√®s leur d√©part de la rue St L√©onard ; celui-ci aurait lieu soit mi-juillet (date pr√©vue ¬« judiciairement ¬ »), soit fin juin (ce d√©part ¬« anticip√© ¬ » semblerait permettre d’√©viter le paiement des frais de justice) ; a priori, dans les deux cas, le d√©lai para√ģt court et une ouverture soutenue, en plein juillet, para√ģt al√©atoire because nombreux absents √ Li√®ge en cette p√©riode de vacances ; est-il envisageable d’ouvrir ¬« discr√®tement ¬ » un squatt en juillet, qui muterait en centre social, ouvert ¬« en grande pompe ¬ » en septembre ? Cela para√ģt risqu√©‚€¶En toute hypoth√®se (comme Georges aime √ le dire), une ouverture en septembre semble plus raisonnable : plus de gens pr√©sents pour s’impliquer et soutenir, plus de temps pour bien pr√©parer le coup entre les diff√©rents porteurs du projet, possibilit√© de coupler la proposition ci-dessus avec l’ouverture du lieu,‚€¶etc‚€¶Mais probl√®me de logement alors durant deux mois pour les occupants de la Factory : quelles solutions ? A rediscuter.

Ensuite, une discussion un peu √ b√Ętons rompus est revenue sur l’exp√©rience de la Place Hocheporte permettant l’√©nonc√© de quelques prises de positions et surtout de questions √ approfondir.

-  Un centre social n’est pas un lieu d’accueil de sans-abris ; m√™me s’il semblerait int√©ressant, voire souhaitable, qu’un centre social puisse √™tre un lieu d’exp√©rimentation dans ce domaine, concr√®te et alternative √ la mani√®re dont est actuellement trait√©e cette question par les associations et structures publiques sens√©es s’en occuper (abris de nuits par exemple), personne ne se sent vocation et capacit√©s √ prendre cet √©pineux probl√®me en charge ; cela demandera donc clart√© et vigilance par rapport √ des demandes d’h√©bergement de ce type ; par contre, il semblerait utile de travailler et de poser le probl√®me politiquement, en s’appuyant sur les sollicitations qui nous seraient formul√©es, et de pouvoir aiguiller les gens vers des services ad hoc ¬« pas trop cons ¬ » ; il semble par ailleurs utile qu’existent dans le centre social des possibilit√©s de logement pour les porteurs du projet et pour assurer une ¬« conciergerie ¬ » (Eric tient beaucoup √ cette question), ainsi qu’un sleeping pouvant accueillir des invit√©s, des artistes programm√©s en soir√©e, des personnes actives ¬« qui terminent tard ¬ », des proches ¬« de confiance ¬ »,‚€¶etc‚€¶

-  un centre social est un lieu d’exp√©rimentation alternative et autonome (le plus autonome possible en tout cas) ; envisager de le faire subventionner et fonctionner avec des emplois nous para√ģt unanimement peu souhaitable : cela nous mettrait dans un fonctionnement assez classique qui est celui de la plupart des organisations politiques et des espaces culturels existant (genre CP-CR, Carlo ou La Zone), d’o√Ļ rendrait ¬« notre ¬ » lieu peu exp√©rimental ; il nous obligerait √ monter un projet b√©ton, tr√®s structur√© et ¬« anticip√© ¬ » (pr√©alablement d√©fini) sur le plan de la gestion et de la programmation, laissant donc peu (ou moins) de place √ l’exp√©rimentation, au t√Ętonnement, √ l’erreur, √ l’impr√©vu, aux mutations r√©guli√®res,‚€¶ ; il nous obligerait √ penser d√©j√ les r√īles, missions et syst√®me d’√©valuation et de contr√īle des ¬« permanents ¬ » (salari√©s) ainsi que la nature de leurs relations avec les b√©n√©voles (questions pas simples √ la lumi√®re de certaines exp√©riences associatives actuelles) et il nous obligerait plus que probablement √ nous mettre en ASBL (ce qui n’est pas n√©cessairement une bonne solution quand on se propose de faire de la d√©sob√©issance civile et sociale) ; enfin, cela restreindrait, peu ou prou, notre libert√© d’action ( contr√īle potentiel par les organismes subsidiants) et pourrait rapidement nous amener √ nous mettre en d√©pendance des subventions pour assurer notre fonctionnement financier ; en toute hypoth√®se √ nouveau, dirait Georges, la question para√ģt pour le moins pr√©matur√©e.

-  Il semblerait √©galement utile de d√©finir les axes prioritaires du centre social non tant √ partir de nos d√©sirs ¬« personnels ¬ » (m√™me s’ils sont collectifs) qu’√ partir d’une analyse du territoire li√©geois, et donc de penser ces axes √ partir des compl√©mentarit√©s √ apporter √ ce qui existe d√©j√ ( √ quoi sert de faire doublon avec des choses que d’autres tentent de d√©velopper ; ne vaut-il pas mieux les soutenir par des collaborations ?) et des manques constatables sur le terrain ; dans le premier cas, sont cit√©s √ titre d’exemple une radio (r√©ellement) libre et co-produite, la biblioth√®que nomade, des dynamiques et des espaces de co-formation politique, √ la fois th√©orique et concr√®te, des dynamiques volontaristes d’√©changes de savoirs pratiques,‚€¶etc‚€¶ ; dans le deuxi√®me cas, on pense √ des espaces d’accueil (en ¬« r√©sidence ¬ ») de groupes artistiques ¬« alternatifs ¬ », ¬« novateurs ¬ », ¬« minoritaires ¬ », notamment dans le domaine du th√©√Ętre ou des arts plastiques.

-  Pour le reste, la r√©union a surtout port√© sur l’√©nonc√© des nombreux points √ creuser pr√©alablement √ toute ouverture d’un lieu : quels seront les crit√®res et les modalit√©s de d√©cision pour l’accueil de groupes et de propositions d’activit√© ? Faut-il travailler et comment les transversalit√©s entre les groupes actifs dans le lieu ? Comment concilier ouverture et coh√©rence ? Quels liens entre ¬« les habitants ¬ » (et les espaces d’habitation), les ¬« occupants ¬ » (et leurs espaces collectifs) et les organisateurs d’activit√©s publiques (et donc les espaces ouverts aux publics) ? Quelles r√©partitions des t√Ęches de gestion et d’entretien, avec quelles exigences (par rapport aux ¬« habitants ¬ », aux ¬« occupants ¬ », permanents ou occasionnels, aux ¬« organisateurs ¬ » ponctuels d’activit√©s publiques) ? Quelles structures et modes de d√©cisions et de consultations ?‚€¶etc‚€¶

-  Pour avancer sur toutes ces questions, ne faudrait-il pas rapidement constituer un groupe porteur, compos√© de gens r√©ellement d√©cid√©s √ porter ce projet au quotidien, ou √ s’y investir en tout cas fortement ? Ne serait-ce pas en priorit√© √ eux de proposer un projet qu’il soumettrait √ l’approbation ( ou du moins au soutien) de l’ensemble des cyber-manda√Į(e)s, quitte √ ce que tous leur renvoient des r√©flexions et que certains leur proposent des micro-projets qu’ils aimeraient prendre en charge dans le cadre de cette exp√©rience ????

PV subjectif de Thierry, fait ce 4 juin √ 13h.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0