intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en fran√ßais > blabla > points-de-vues > Discours du ministre br√©silien de l’√‰ducation aux (...)

Internationalisation

Discours du ministre br√©silien de l’√‰ducation aux √‰tats-unis

mercredi 17 novembre 2004, par επιθυμία

Une amie Br√©silienne m’a demand√© de publier ce texte.

C’est plut√īt rare qu’un texte minist√©riel soit publi√© sur l’intersiderale.. il faut bien un d√©but √ tout :) ?

Pendant un d√©bat dans une universit√© aux √‰tats-unis, le ministre de l’√‰ducation Cristovam Buarque, fut interrog√© sur ce qu’il pensait au sujet de l’internationalisation de l’Amazonie. Le jeune √©tudiant am√©ricain commen√ßa sa question en affirmant qu’il esp√©rait une r√©ponse d’un humaniste et non d’un Br√©silien.

Voici la r√©ponse de M. Cristovam Buarque.

En effet, en tant que Br√©silien, je m’√©l√®verais tout simplement contre l’internationalisation de l’Amazonie. Quelle que soit l’insuffisance de l’attention de nos gouvernements pour ce patrimoine, il est n√ītre.

En tant qu’humaniste, conscient du risque de d√©gradation du milieu ambiant dont souffre l’Amazonie, je peux imaginer que l’Amazonie soit internationalis√©e, comme du reste tout ce qui a de l’importance pour toute l’humanit√©. Si, au nom d’une √©thique humaniste, nous devions internationaliser l’Amazonie, alors nous devrions internationaliser les r√©serves de p√©trole du monde entier.

Le p√©trole est aussi important pour le bien-√™tre de l’humanit√© que l’Amazonie l’est pour notre avenir. Et malgr√© cela, les ma√ģtres des r√©serves de p√©trole se sentent le droit d’augmenter ou de diminuer l’extraction de p√©trole, comme d’augmenter ou non son prix.

De la m√™me mani√®re, on devrait internationaliser le capital financier des pays riches. Si l’Amazonie est une r√©serve pour tous les hommes, elle ne peut √™tre br√ »l√©e par la volont√© de son propri√©taire, ou d’un pays.

Br√ »ler l’Amazonie, c’est aussi grave que le ch√īmage provoqu√© par les d√©cisions arbitraires des sp√©culateurs de l’√©conomie globale. Nous ne pouvons pas laisser les r√©serves financi√®res br√ »ler des pays entiers pour le bon plaisir de la sp√©culation.

Avant l’Amazonie, j’aimerais assister √ l’internationalisation de tous les grands mus√©es du monde. Le Louvre ne doit pas appartenir √ la seule France. Chaque mus√©e du monde est le gardien des plus belles oeuvres produites par le g√©nie humain. On ne peut pas laisser ce patrimoine culturel, au m√™me titre que le patrimoine naturel de l’Amazonie, √™tre manipul√© et d√©truit selon la fantaisie d’un seul propri√©taire ou d’un seul pays.

Il y a quelque temps, un millionnaire japonais a d√©cid√© d’enterrer avec lui le tableau d’un grand ma√ģtre. Avant que cela n’arrive, il faudrait internationaliser ce tableau.

Pendant que cette rencontre se d√©roule, les Nations unies organisent le Forum du Mill√©naire, mais certains Pr√©sidents de pays ont eu des difficult√©s pour y assister, √ cause de difficult√©s aux fronti√®res des √‰tats-unis. Je crois donc qu’il faudrait que New York, lieu du si√®ge des Nations unies, soit internationalis√©. Au moins Manhattan devrait appartenir √ toute l’humanit√©. Comme du reste Paris, Venise, Rome, Londres, Rio de Janeiro, Bras√≠lia, Recife, chaque ville avec sa beaut√© particuli√®re, et son histoire du monde devraient appartenir au monde entier.

Si les √‰tats-unis veulent internationaliser l’Amazonie, √ cause du risque que fait courir le fait de la laisser entre les mains des Br√©siliens, alors internationalisons aussi tout l’arsenal nucl√©aire des √‰tats-unis. Ne serait-ce que par ce qu’ils sont capables d’utiliser de telles armes, ce qui provoquerait une destruction mille fois plus vaste que les d√©plorables incendies des for√™ts Br√©siliennes.

Au cours de leurs d√©bats, les actuels candidats √ la Pr√©sidence des √‰tats-unis ont soutenu l’id√©e d’une internationalisation des r√©serves florestales du monde en √©change d’un effacement de la dette.

Commen√ßons donc par utiliser cette dette pour s’assurer que tous les enfants du monde aient la possibilit√© de manger et d’aller √ l’√©cole. Internationalisons les enfants, en les traitant, o√Ļ qu’ils naissent, comme un patrimoine qui m√©rite l’attention du monde entier. Davantage encore que l’Amazonie.

Quand les dirigeants du monde traiteront les enfants pauvres du monde comme un Patrimoine de l’Humanit√©, ils ne les laisseront pas travailler alors qu’ils devraient aller √ l’√©cole ; ils ne les laisseront pas mourir alors qu’ils devraient vivre.

En tant qu’humaniste, j’accepte de d√©fendre l’id√©e d’une internationalisation du monde. Mais tant que le monde me traitera comme un Br√©silien, je lutterai pour que l’Amazonie soit √ nous. Et seulement √ nous !

Ce texte n’a pas √©t√© publi√©. Aidez-nous √ le diffuser.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0