intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en français > blabla > points-de-vues > NO GLOBALSAINT-PRECAIRE et AUTRES EGLISES NO-GLOBAL (suite )

Journal C4 / 135-136 SEP/OCT 05

NO GLOBALSAINT-PRECAIRE et AUTRES EGLISES NO-GLOBAL (suite )

vendredi 18 novembre 2005, par R a F

¬« Que les supermarch√©s soient sanctifi√©s ! ¬ » [1] Ca avait commenc√© un peu comme une blague, et pourtant, aujourd’hui le ph√©nom√®ne prend de l’ampleur... Aux quatres coins de l’Europe en ce premier mai dernier, les diff√©rentes parades qui se sont d√©roul√©es dans le cadre de l’Euromayday [2], et qui ont rassembl√© cette fois plus de 120 000 pr√©caires, l’ont fait sous la protection de l’ic√īne de Saint-Pr√©caire.

Saint-Pr√©caire, image en carton-p√Ęte d’un jeune gars ¬« moyen ¬ » affubl√© d’une aur√©ole et d’un uniforme de fast-food ou de supermarch√© ou encore ¬« Notre Dame de la Pr√©carit√© ¬ », une Madone en tablier jonglant avec du matos de nettoyage, un ordi portable, plusieurs contrats de travail et un t√©l√©phone √ oreillette...

Et cet √©t√©, Saint-Pr√©caire a m√™me fait irruption dans le monde de l’art parisien, avec une expo intitul√©e ¬« Homo Precarius ¬ » [3], o√Ļ pas moins d’une soixantaine d’artistes auront donn√© leur vision personnelle de l’ic√īne, nouveau Saint-Patron post-industriel...

Tandis que venues des pays anglo-saxons, mais se d√©veloppant peu √ peu et un peu partout, d’√©tranges √©glises, rituels et pr√©dicateurs vouent un culte aux ic√īnes de nos soci√©t√©s de consommation : culte soit ¬« positif ¬ », avec par exemple ¬« L’Eglise de la Tr√®s-Sainte Consommation ¬ », soit n√©gatif avec les actions-sermons du ¬« Reverend Billy and the Chruch of Stop Shopping ¬ ».

On nous l’avait dit, ce si√®cle nouveau serait religieux ; on vous l’avait dit, ce si√®cle nouveau serait celui de la mutation du travail et de la g√©n√©ralisation de la figure du travailleur pr√©caire... Alors pourquoi pas une mythologie pr√©caire ?

On nous l’avait dit, ce si√®cle nouveau serait religieux, on l’avait vu, ce si√®cle serait celui du marketing, de la croissance et de la consommation √©rig√©e en dogme... Alors pourquoi pas une mythologie des produits de consommation ?

De nouvelles Eglises, les supermarchés,
Une nouvelle religion, la Consommation !

"La consommation est une religion d√©grad√©e, la croyance dans la r√©surrection infinie des choses, dont le supermarch√© forme l’Eglise et la publicit√© les Evangiles"... Voil√ la phrase bien sentie de l’intellectuel fran√ßais Pascal Bruckner que ¬« L’Eglise de la Tr√®s-Sainte Consommation ¬ » a choisi de mettre en exergue sur son site www.consomme.org.

Le culte de la croissance est devenu un v√©ritable dogme universel et l’id√©ologie de la consommation une v√©ritable religion mat√©rialiste. Les ¬« grosses courses ¬ » du samedi, les s√©ances de l√®che-vitrines entre ami-e-s du week-end, ou encore les p√©riodes de soldes se sont √©rig√©es en v√©ritables rituels populaires.

Du coup, certains ¬« emp√™cheurs de consommer en rond ¬ » ont d√©cid√© de pousser cette logique jusqu’√ l’absurde en cr√©ant des √©glises parall√®les o√Ļ se pratique l’adoration des marchandises et de nos modes de consommation...

Apparus d’abord dans le sillage des collectifs anti-pub anglo-saxon, une myriade de groupes aux concepts similaires ont peu √ peu √©merg√© sur la place publique au cours de ces derni√®res ann√©es, finissant par former un r√©seau mondial informel. Aux fronti√®res de l’art et de l’activisme politique, ces initiatives ont en commun de se r√©approprier les r√©f√©rences et l’imagerie religieuse pour nous questionner sur les d√©rives de nos soci√©t√©s bas√©es sur l’image de marque et le couple infernal (sur) production - (sur) consommation.

Il y a d’abord l’in√©narrable ¬« R√©v√©rend Billy ¬ » et sa ¬« Stop Shopping Church ¬ » [4] qui, depuis plusieurs ann√©es, apporte la bonne parole au consommateur lambda am√©ricain.

Pour lui, pas de doute, la soci√©t√© de consommation √ l’am√©ricaine est d’essence d√©moniaque, et si nous ne remettons pas vite en cause ce mode de vie, nous allons droit vers l’Apocalypse ! Poursuivant inlassablement son chemin de croix de rue en galeries commerciales, toujours accompagn√© d’une horde de fid√®les, et souvent m√™me d’un v√©ritable chœur gospel, portant les habits de pasteur et le gueulophone toujours coll√© aux l√®vres, cet ancien acteur se met en sc√®ne √ travers des sermons dans le plus pur style des pr√©dicateurs am√©ricains. √€ coup d’arguments environnementalistes, tiers-mondistes et sociaux, ou de r√©f√©rences bibliques comme ¬« les marchands du Temple ¬ », il fait irruption dans les magasins et tente de persuader les pauvres p√™cheurs de ne plus rien y acheter !

Li√© √ la mouvance contestataire, au mouvement d’opposition √ la guerre en Irak ou aux pionniers du commerce √©quitable, il cible en particulier de grandes enseignes am√©ricaines connues pour leur non-respect des droits sociaux ou environnementaux, leur exploitation √©hont√©e des ressources terrestres et humaines au sud, ou encore leur implication dans la politique militaire et imp√©rialiste US. Ainsi, il passe r√©guli√®rement ses journ√©es au poste de police et appara√ģt fr√©quemment dans les m√©dias am√©ricains au rayon des curiosit√©s.

Avec le R√©v√©rend Billy nous sommes face √ une utilisation au second degr√© des codes et du style religieux traditionaliste en vogue aux √‰tats-Unis, mais mis au service d’un discours politique alter somme toute assez lisible et classique. Mais d’autres activistes vont plus loin et brouillent encore un peu plus les pistes...

Ainsi, on a pu voir ces derniers temps, par exemple en Angleterre, des groupes tels que ¬« Vacuum Cleaner ¬ » ou ¬« L’Eglise de l’Immacul√©e Consommation ¬ » pratiquer d’√©tranges processions : commandos de nettoyeurs fous prenant d’assaut les magasins, rassemblements d’adorateurs des cam√©ras de video-surveillance et autres sectes qui se sont plac√©es sous la sainte protection de telle marque de v√™tement √ la mode...

C’est comme √ßa que le dimanche matin des pratiquants de ¬« l’Eglise de l’Immacul√©e Consommation ¬ » se donnent rendez-vous devant les vitrines des magasins branch√©s pour s’y recueillir et communier main dans la main √ travers des pri√®res √ la gloire de tel ou tel trademark, devant le regard ahuri des passants [5] !

Ritualiser votre résistance.

Et puis il y a aussi le concept de ¬« WhirlMart [6] ¬ » qui rencontre de plus en plus de succ√®s, notamment dans les pays nordiques, et qui nous invite √ ¬« ritualiser notre r√©sistance ¬ » √ travers une pratique collective ¬« alliant art, activisme et m√©ditation ¬ »...

Il s’agit en fait d’un √©v√©nement qu’on pourrait rapprocher des tr√®s tendance ¬« flashmob [7] ¬ », √ la grosse diff√©rence qu’il y a bien ici un ¬« message ¬ » ou en tout cas une intention et surtout que l’action est ici toujours la m√™me :

Quelqu’un lance par mail ou flyer un rendez-vous devant un grand magasin, puis, une fois un nombre de participants suffisant pr√©sents, ceux-ci prennent chacun un caddy et commencent √ les pousser ¬« √ la queue-leu-leu ¬ » √ travers les diff√©rents rayons, en ne mettant jamais aucune marchandise dedans, et cela pendant suffisamment longtemps pour que cette procession de caddies vides interpelle personnel du magasin et clients ¬« normaux ¬ » ! Et attention, tout cela dans un silence... religieux, sans aucun slogan cri√©, ni distribution de flyers explicatifs ou revendicatifs - en tout cas pendant la dur√©e de l’action en elle-m√™me ! √‰ventuellement, on peut par exemple porter des t-shirt avec des inscriptions √ caract√®re politique, ou avec les simples inscriptions ¬« Whirl-Mart : ritualiser votre r√©sistance ¬ ».

L’id√©e est de ne rien faire de ¬« r√©pr√©hensible ¬ », et si un manager z√©l√© arrive, on se disperse et on peut toujours dire qu’on est simplement un client h√©sitant, tr√®s soucieux de ses choix de consommation. Apr√®s, il y a des variantes, on peut ou non : avertir la presse, expliquer une fois l’action finie le sens de tout √ßa aux clients, ou encore avoir comme objectif de bloquer les caisses...

Quoi qu’il en soit, ces types de pratiques ¬« artivistes ¬ » li√©es √ la consommation se multiplient, et se r√©pandent maintenant dans tout le monde occidental.

Parfois même, ces rituels prennent place dans le contexte de grands rendez-vous contestataires ou de simples manifs. Et ils deviennent alors des tactiques de détournement, de baisse de la tension.

Ainsi, lors des derni√®res mobilisations anti-G8 en Ecosse, ou m√™me lors d’une r√©cente manif en d√©fense des sans-papiers √ Paris, au moment o√Ļ √ßa devenait un peu chaud entre force de l’ordre et manifestants, on a pu assister √ ce m√™me genre de sc√®ne au parfum surr√©aliste : un groupe de manifestants se met soudain √ genoux face √ un supermarch√©, l’un d’eux endosse un costume de pr√™tre d’op√©rette et commence √ psalmodier, aussit√īt repris par ses ouailles :

√” (Monoprix),

Lou√©es soient ton abondance et la profusion de tes produits !

Tes rayons √©ternellement remplis me submergent de joie et d’all√©gresse !

Je te v√©n√®re, √” (Monoprix),

Unique objet de mes achats compulsifs,

Tu es le fournisseur de mes rêves,

Le réparateur de tous mes manques

Et mon asile √ l’heure de ma mort.

Gloire au surendettement et aux d√©couverts bancaires !

Vive les agios et les huissiers !

Halleluja !

Que la Sainte-Trinit√© ¬« Croissance-Capital-Profit ¬ » soit sanctifi√©e,

que leurs quatre volont√©s soient faites !

(¬« Eglise de la Tr√®s Sainte Consommation ¬ » :

Prière aux supermarchés)

...

Les forces de l’ordre sont ahuries, et aussit√īt immobilis√©es.

Dire que leurs sup√©rieurs les avaient pr√©par√© √ prot√©ger ces m√™mes vitrines de magasins des manifestants no-global d√©crits comme des casseurs !

Lors d’un prochain num√©ro, nous terminerons cette s√©rie d’articles sur ces ¬« nouvelles sectes NoGlobal ¬ », voir quel est leur terreau commun, leur force et leur avenir possible, et nous repasserons par l’Italie, pour prendre des nouvelles de Saint-Pr√©caire et aborder une derni√®re figure mythique incontournable : Serpica Naro.

P.-S.

Stalinopank : en pr√©vision de la dispartition future du txt de C4 de ses archives, j’en garde une copie.

Notes

[1] Suite et fin de l’article ¬« Priez pour nous, pauvres pr√©caires ! ¬ » paru dans le num√©ro de C4 de Mai-Juin 2005

[2] Voir article NOGLOBAL du C4 numéro Mars-Avril 05

[3] ¬« Homo Precarius ¬ », Expo-Ev√©nement, 29/07-13/06/05, Esp. des Blancs Manteaux, Paris 4√®me. www.artistesdelabastille.com

[4] Aller visiter le site du Saint-Homme : www.revbilly.com ; vous y aurez acc√®s √ une foule de vid√©os, photos et textes relatifs aux nombreuses interventions de la ¬« Stop Shopping Church ¬ » et d’autres initiatives subversives au pays de l’Oncle Georges...

[5] ¬« The Church of Immaculate Consomption ¬ » : http://www.thevacuumcleaner.co.uk/prayers.html . Et pour d√©couvrir les activit√©s de toutes cette n√©buleuse, allez voir sur les sites

www.thevacuumcleaner.co.uk ; www.breathingplanet.net/tour ; http://www.mydadsstripclub.com/links.htm ; http://www.mydadsstripclub.com/asdaprayers.htm ... et laisser vous d√©river de lien en lien !

[6] WhirlMart est un jeu de mot faisant r√©f√©rence √ Walt-Mart, une des grosse cha√ģne de supermarch√© US, et qu’on pourrait traduire approximativement par ¬« (faire son) march√© en rond ¬ » : Une bonne traduction fran√ßaise serait par exemple ¬« AutourMarch√© ¬ »...alors avis aux amateurs ! Plus d’infos, voir http://www.breathingplanet.net/whirl/

[7] Flashmob ou ¬« foule √©clair ¬ », sorte de r√©actualisation des happenings √ l’√®re cyber. Il s’agit d’un regroupement furtif de personnes qui ne se connaissent pas, recrut√©s par le net ou sms, et qui se r√©unissent pendant quelques minutes, en pleine rue et parfois dans des magasins, pour accomplir au m√™me moment une m√™me action ¬« gratuite ¬ », apparemment absurde, puis se dispersent aussi t√īt...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0