intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en fran√ßais > du gran‚€™soir au p‚€™tit matin > PRIEZ POUR NOUS PAUVRES PR√‰CAIRES !

Journal C4 131-132 MAI/JUN 05 : : NO GLOBAL

PRIEZ POUR NOUS PAUVRES PR√‰CAIRES !

dimanche 10 décembre 2006, par R a F (Date de rédaction antérieure : 18 novembre 2005).

On vous en avait d√©j√ parl√© lors d’un pr√©c√©dent C4 sur ¬« Le prix des choses ¬ ». Au d√©but, √ßa ressemblait plut√īt √ une blague. Pourtant, le ph√©nom√®ne ne cesse de prendre de l’ampleur. Partout en Europe ce Premier Mai, les diff√©rentes parades qui se d√©rouleront dans le cadre de l’Euromayday se feront sous la protection de l’ic√īne de Saint-Pr√©caire, l’image d’un jeune gars moyen affubl√© d’une aur√©ole et d’un uniforme de fast-food ou de supermarch√©, ou encore de Notre Dame de la Pr√©carit√©, une Madone en tablier jonglant avec du matos de nettoyage, un ordi portable, plusieurs contrats de travail et un t√©l√©phone √ oreillette avec un client en ligne ! Bient√īt, dans les m√©tropoles italiennes et espagnoles, les d√©vots de San Precario, de la Madone Enceinte ou de Nuestra Senora della Precariedad seront plus nombreux que les fid√®les le dimanche dans les √©glises de Ratzinger... Tandis qu’en provenance des pays anglo-saxons, d’√©tranges Eglises et Pr√©dicateurs d’un type nouveau qui vouent un culte, positif ou n√©gatif, aux ic√īnes de nos soci√©t√©s de consommation font partout des √©mules. On nous avait pr√©venu : ce si√®cle serait religieux. On vous l’avait dit : ce si√®cle serait celui de la mutation du travail et de la g√©n√©ralisation de la figure du travailleur pr√©caire. Alors pourquoi pas une mythologie pr√©caire pour le XXI√®me si√®cle ?

√€ quoi √ßa rime toute cette imagerie religieuse au service d’un discours alternatif radical ? Une certaine frange du mouvement no-global s’est-elle laiss√©e tenter par l’aventure sectaire ? Certains leaders ¬« alter ¬ » ont-ils d√©cid√© de se recycler dans un r√īle de gourou plus avantageux ? Ou alors toute une g√©n√©ration qui ne savait plus √ quel saint se vouer avait-elle tellement besoin de croire aux miracles ? Mais peut-√™tre aussi que, plus simplement, il y a eu glissement du discours vers le xi√®me degr√© qui sied si bien √ notre √©poque. A vous de voir, mais en tout cas, √ßa marche ! Hagiographie de Saint Pr√©caire Comme tous les Saints, Saint-Pr√©caire a sa l√©gende... Personnage du XXI si√®cle, St-Pr√©caire est le Saint-Patron des exploit√©s, des pauvres, des travailleurs au noir ou sous-statutaires, des migrants sans-papier ni permis de travail, des travailleurs licenci√©s et int√©rimaires. On l’invoque contre le n√©o-lib√©ralisme, le copyright et la privatisation des savoirs et pour l’instauration d’un revenu universel garanti... Fils de bonne famille, il est envoy√© dans les meilleures universit√©s et en sort avec un dipl√īme en ¬« Finances cr√©atives ¬ ». Refusant les pistons de papa, il voyage et tente de se mettre √ son compte. Il croit qu’avec un peu d’esprit d’entreprise, chacun a sa chance dans nos soci√©t√©s. Il croit en l’argent facile. Mais il conna√ģt alors ses premiers d√©boires au contact du monde de la finance et de la magouille de l’Italie berlusconienne. Pourtant, il garde confiance dans les possibilit√©s offertes par les soci√©t√©s d√©mocratiques et lib√©rales. Un jour, aux abords d’un village, il tombe sur une assembl√©e d’ouvriers √ peine licenci√©s ; ces derniers lui disent que leurs conditions de vie se d√©gradent toujours plus, et que, sans l’usine, le village va mourir abandonn√© par tous car dans la zone, il n’y a plus que des emplois pr√©caires et des contrats temporaires qui ne peuvent garantir une vie digne. Mais il se dit que tout √ßa n’est que propagande communiste ! Il lance alors un d√©fi aux habitants du village : dans deux ans, il reviendra un bon travail en main et des euros plein les poches. Et il part, anonyme, en qu√™te d’un emploi. Il trouve d’abord un job dans un fast-food, puis dans des hypermarch√©s, des call-center... il y fait des horaires inf√Ęmes pour un salaire de mis√®re, et jamais il n’obtient ce Contrat √ Dur√©e Ind√©termin√©e si convoit√© ! Il se dit alors qu’√ d√©faut d’un travail stable et enrichissant, il peut quand m√™me toujours s’offrir une vie digne et satisfaisante. Mais pas de fiches de salaire r√©guli√®res, pas de possibilit√© d’acheter ou de louer une habitation convenable, et m√™me pas le droit de faire un cr√©dit √ la consommation pour s’acheter une T.V. Les deux ans pass√©s, Precario retourne au village mains et poches toujours vides, fait amende publique et √©pouse les pr√©occupations des habitants du village. Depuis lors, il n’a de cesse de parcourir le monde en pr√™chant pour les opprim√©s et les pr√©caires ! Sa popularit√© ne cesse alors plus de grandir et on lui attribue plusieurs miracles, dont le plus fameux est celui d’avoir prolong√© √ l’infini le contrat d’un jeune homme d’un village sinistr√© du sud profond de l’Italie. San Precario est f√™t√© le 29 f√©vrier... ¬ » Quand les ¬« artivistes ¬ » font des miracles Voil√ pour la l√©gende. En r√©alit√©, San Precario a fait sa premi√®re apparition publique le 29 f√©vrier 2004. Il est apparu sur la mailing-list ¬« Precog ¬ » -mot-valise pour ¬« travailleurs pr√©caires et cognitaires ¬ » -. Ce r√©seau regroupe des travailleurs de la connaissance, des m√©diactivistes, des pr√©caires des services. Les precogs sont des personnages d’un roman de Philip K. Dick, ¬« Minority Report ¬ » (et du film de Spielberg du m√™me nom) qui ont des visions de l’avenir. Ensuite, la figure de San Precario est diffus√©e par les ¬« Chainworkers ¬ », un syndicat de base comme il en existe plusieurs dans le champ politique italien. De l√ , la figure de Saint-Pr√©caire se r√©pand dans les r√©seaux alternatifs italiens. Tr√®s vite, des dizaines de groupes de d√©vots fleurissent du Nord au Sud de la p√©ninsule, et deviennent des acteurs importants sur la sc√®ne des conflits sociaux et du mouvement alter. Leurs apparitions qui, √ partir de la probl√©matique de la pr√©carit√©, commencent √ √™tre m√©diatis√©es jusqu’√ l’√©tranger o√Ļ des collectifs se r√©approprient l’image de Saint Pr√©caire, l’adaptant ou non (ainsi la Notre Dame de la Pr√©carit√© espagnole...). Tr√®s vite aussi, San Precario d√©range tout le monde : la justice italienne inculpe des dizaines de ses adeptes, ce qui n’emp√™che pas les fid√®les d’√™tre toujours plus nombreux et d√©termin√©s. Face aux d√©formations des m√©dias de masse qui font d’eux de dangereux √©l√©ments subversifs, un groupe de d√©vots va m√™me jusqu’√ retourner l’argument en proposant ses services (√ savoir l’irruption d’un groupe de fid√®les avec tout leur attirail religieux qui effectuera un rituel de r√©quisition de biens ou de services au profit des pr√©caires) sur le net aux commerces qui trouveront l√ ¬« une occasion unique de b√©n√©ficier d’une couverture m√©diatique nationale mettant en avant leur marque et leur enseigne et mettant en avant l’extr√™me d√©sid√©rabilit√© de leurs produits ¬ »... No Comment ! Car San-Precario est loin de ne sortir, comme les autres saints-patrons, qu’un jour par an pour la grande procession du MayDay. En moins de deux ans ses apparitions et miracles se sont faits innombrables : piquets devant les grandes cha√ģnes de magasins ouvertes les jours f√©ri√©s, halloween de San Precario, grande manif pour le droit √ un revenu garanti du 6 nov. √ Rome, participation √ la ¬« Journ√©e mondiale sans-achat ¬ », irruption au Festival de Venise, distributions publiques et gratuites de produits culturels pirates (dvd, livres et cd en primeur), mais surtout, jusque dans les plus petites villes, des dizaines de r√©quisitions ou de pratiques d’auto-r√©duction dans les supermarch√©s, les transports, les restaurants et m√™me dans les cin√©mas ou les librairies, car San Precario aime ¬« faire don de nourritures terrestres et spirituelles, de savoirs et des saveurs ¬ ». Comment interpr√©ter un tel succ√®s ? Le caract√®re un peu surr√©aliste et d√©risoire de l’affaire, appliqu√© au terrain de la politique et au conflit social, pla√ģt s√ »rement √ nos g√©n√©rations post Mur de Berlin et 11 septembre. C’est aussi une fa√ßon de faire de la d√©sob√©issance civile, ou √©conomique (?) dans la bonne humeur, ce qui permet au mouvement de respirer apr√®s G√™nes et l’impasse d’une confrontation frontale avec l’Empire. Et puis il y a dans ces actions beaucoup d’esprit cr√©atif, un peu de happening, et m√™me un caract√®re de ritualisation, de communaut√© aussi, si pas de communion, ces derni√®res valeurs √©tant peu pr√©sentes dans nos vies ces derniers temps. Il faut savoir qu’on h√©rite en Italie d’une forte tradition politique et culturelle, catholique d’un c√īt√© et communiste de l’autre, et qu’avec pas mal de distance, on retrouve un peu ces deux principes dans la figure de San Precario. L√ -bas, chaque village a son saint-patron, encore f√™t√© avec beaucoup d’enthousiasme. C’est aussi un pays o√Ļ la R√©sistance au fascisme reste un fondement et o√Ļ pr√®s de la moiti√© de la population a ador√© Staline, puis Togliati, Gramsci et Berlinguer. Saint Pr√©caire peut donc √™tre interpr√©t√© comme un culte de la personnalit√© ironique et ambigu√« bien dans l’air du temps tout en faisant appel √ des m√©canismes archa√Įques. Un chef virtuel en quelque sorte. Mais cela vaut mieux qu’un nouveau ¬« Petit P√®re des Pr√©caires ¬ » en chair et en os, non ? Les cr√©ateurs du Saint-Patron post-industriel se rappellent du moment de la cr√©ation de l’ic√īne en ces termes : ¬« Action directe, m√©diactivisme et flex√©curit√© (concept employ√© pour revendiquer une s√©curit√© sociale adapt√©e aux r√©alit√©s du travail pr√©caire en voie de g√©n√©ralisation, et donc une continuit√© de revenu entre p√©riodes de travail et p√©riodes sans) √©taient les trois facettes d’une r√©alit√© politique nouvelle qui tentait de sortir des sables mouvants d’un antagonisme toujours plus minoritaire et en m√™me temps de se d√©marquer de la d√©rive d’une partie du mouvement vers un r√©formisme rouge, vieille √©cole, sans effets sur la r√©alit√©. Et c’est comme √ßa que m√©diactivistes et collectifs de pr√©caires unis avec le syndicalisme de base, nous nous sommes trouv√©s une ic√īne repr√©sentant toute cette nouvelle r√©alit√© et donnant une voix forte et claire aux millions de pr√©caires priv√©s de droits et d’avenir : ainsi est n√© San Precario ¬ ». Dans le prochain C4, suite de ce dossier, ¬« PRIEZ POUR NOUS BENIS PRODUITS ! ¬ » avec : ¬« Serpica Naro ¬ », le coup de ma√ģtre de d√©vots de Saint Pr√©caire travaillant dans la mode et puis des dr√īles de coco qui se rassemblent le dimanche matin pour faire des pri√®res devant les temples de la consommation ou les cam√©ras de vid√©osurveillance, qui organisent des rituels de protestation dans les hypermarch√©s, ou encore qui suivent les sermons du R√©v√©rend Billy de centre commercial en centre commercial...

P.-S.

Stalinopank : en pr√©vision de la disparition future de ce txt des archives de C4, "j’en garde une copie" je m’suis dit. Et je la rends au web.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0