intersiderale - διαστρική
Accueil du site > en fran√ßais > du gran‚€™soir au p‚€™tit matin > Oaxaca, appel √ la soci√©t√© civile nationale et internationale

Oaxaca, appel √ la soci√©t√© civile nationale et internationale

lundi 9 octobre 2006, par blob0012

Mexico, DF, septembre 2006.

√€ la soci√©t√© civile nationale et internationale, Aux organisations non gouvernementales des droits humains nationales et internationales, Aux m√©dias honn√™tes, nationaux et internationaux,

Nous, membres et repr√©sentants des organisations et collectifs du District f√©d√©ral (DF) de soutien √ l’Assembl√©e populaire des peuples d’Oaxaca (APPO), nous adressons √ vous pour vous faire part de notre pr√©occupation au sujet de la violation syst√©matique des droits humains et des droits des peuples d’Oaxaca durant ces derni√®res ann√©es et qui s’est intensifi√©e ces derniers mois. Nous lan√ßons aussi un appel urgent √ la solidarit√© avec Oaxaca, vu l’incessante violence perp√©tr√©e par le gouverneur non reconnu de cet √‰tat, Ulises Ruiz Ortiz (URO).

La demande principale, incontournable, du mouvement populaire et des ma√ģtres d’√©cole est le d√©part imm√©diat d’Ulises Ruiz. Cette demande s’est exprim√©e √ la suite de la violente r√©pression exerc√©e le 14 juin contre l’occupation pacifique du centre de la capitale de l’√‰tat par le corpsenseignant. Face √ la violence perp√©tr√©e par le gouvernement de l’√‰tat, la population oaxaqu√©nienne de la capitale et des autres r√©gions ainsi que de nombreuses organisations sociales et indig√®nes ont manifest√© leur solidarit√© aux enseignants en lutte. Ces organisations et la population en g√©n√©ral ont int√©gr√©, en coordination avec la Section 22 du Syndicat de l’√©ducation, l’Assembl√©e populaire des peuples d’Oaxaca (APPO), dont la demande principale est la disparition des pouvoirs constitu√©s, √ laquelle s’ajoutent la lib√©ration des prisonniers politiques, la fin de la r√©pression, la condamnation des auteurs des cinq assassinats et la satisfaction des demandes √©conomiques et sociales du corps enseignant.

√€ Oaxaca, le peuple commence √ s’organiser pour palier l’absence d’un gouvernement d√©finitivement rejet√© par la majorit√© des gens ; cependant, le gouvernement f√©d√©ral, l’ex√©cutif comme le l√©gislatif, qui se trouve dans le District f√©d√©ral, ne prend pas en compte les demandes l√©gitimes des peuples d’Oaxaca, permettant ainsi l’escalade de la violence provoqu√©e par Ulises Ruiz. Cela engendre des situations de confrontation in√©gales entre les escadrons de la mort et les enseignants et l’APPO, dans l’intention de cr√©er une situation justifiant l’intervention de l’arm√©e.

Le but recherch√© est de maintenir une tension constante avec l’intervention des escadrons de la mort, des paramilitaires, des "parapoliciers", des troupes de choc et des provocateurs. Depuis le 14 juin, il y a eu autour de 17 arrestations de dirigeants, dont certains sont encore en prison.

Les faits de violence provoqu√©s par Ulises Ruiz ont √©t√© entre autres :

- Le 22 juillet, l’attaque arm√©e des paramilitaires (policiers en civil)contre les installations et les manifestants qui se trouvaient √ la station de radio de l’Universit√© autonome Benito Ju√°rez (UABJO).

- Le 1er ao√ »t, des femmes d’Oaxaca se sont empar√©es pacifiquement de la t√©l√©vision de l’√‰tat ; deux jours plus tard, les m√™mes paramilitaires tir√®rent contre la t√©l√©vision occup√©e et d√©truisirent une partie des installations.

- Le 9 ao√ »t, l’agent municipal Andr√©s Santiago Cruz, Pedro Mart√≠nez, de 70 ans, et Octavio Mart√≠nez Mart√≠nez, de 12 ans, Indiens triquis de l’APPO, sont assassin√©s par des √©l√©ments du PRI (Parti r√©volutionnaire institutionnel) d’URO. √€ cette m√™me date sont d√©tenus et temporairement disparus trois membres de l’APPO.

- Le 10 ao√ »t, au cours d’une manifestation exigeant la libert√© des prisonniers, est assassin√© par arme √ feu Jos√© Colmenares et sont emprisonn√©s les compagnons Catarino Torres Pereda, Germ√°n Mendoza Nube, Erangelio Mendozam, le biologiste Ramiro Arag√≥n et Renato Cruz Norales.

- Le 21 ao√ »t, les paramilitaires d’URO entrent avec violence dans les installations de la t√©l√©vision de l’√‰tat ; quelques heures plus tard, les membres de l’APPO prennent les installations de 12 radios commerciales.

- Le 22 ao√ »t, les escadrons de la mort d’URO font feu dans les rues d’Oaxaca sur les manifestants et la population civile, avec comme r√©sultat l’assassinat de Lorenzo San Pablo Cervantes dans la colonia Reforma. Au cours de cette m√™me nuit, les policiers ont voulu br√ »ler les ma√ģtres d’√©cole Pedro Solis et Filiberto L√≥pez, mettant le feu au v√©hicule dans lequel ils se trouvaient et leur causant des br√ »lures de premier et second degr√©.

- Le 9 septembre, des hommes non identifi√©s ont mis le feu √ un des si√®ges de l’APPO.

- Le 14 septembre, des policiers encapuchonn√©s ont lanc√© des explosifs contre des barricades, faisant six bless√©s.

- Le 20 septembre, la Police f√©d√©rale pr√©ventive (PFP) envoie en cachette des agents √ Oaxaca.

- Le 24 septembre, les m√™mes paramilitaires du groupe d’URO font feu sur les manifestants de l’APPO qui se trouvaient aux abords de l’h√ītel o√Ļ avait lieu une interview avec URO.

Le gouvernement d’Ulises Ruiz Ortiz continue √ √™tre celui de "la loi du gourdin". Toute cette vague de violence d’√‰tat et l’indiff√©rence du gouvernement f√©d√©ral face √ ces faits ont provoqu√© la rupture du dialogue.

Apr√®s plusieurs sessions, le minist√®re de l’Int√©rieur a montr√© plus une complicit√© pour raisons politiques partisanes qu’un r√©el int√©r√™t √ r√©soudre le probl√®me.

Face √ cette situation, l’Assembl√©e populaire des peuples d’Oaxaca continue √ r√©aliser des actions pacifiques, comme la marche qui bient√īt arrivera dans la capitale du pays pour exiger du S√©nat qu’il prononce la disparition des pouvoirs √ Oaxaca, mettant ainsi fin √ une situation critique.

D’autre part, l’APPO convoque une Rencontre nationale et internationale de solidarit√© avec les peuples d’Oaxaca, qui se r√©alisera le 14 octobre prochain dans la ville d’Oaxaca.

Face √ la poursuite de la r√©pression et aux menaces d’une intervention de la Police f√©d√©rale pr√©ventive (militaires d√©guis√©s en policiers), avec l’in√©vitable bain de sang que cela impliquerait, nous faisons un appel pour nous maintenir en alerte et convoquer √ des mobilisations au niveau national et international afin d’exiger que s’accomplissent les demandes l√©gitimes de l’APPO et le respect des droits humains.

Du Congr√®s national indig√®ne : Conseil citoyen d’Uni√≥n Hidalgo, Oaxaca ; Conseil indig√®ne populaire d’Oaxaca - Ricardo Flores Mag√≥n ; Xochimilco Zapatista, DF.

De l’Autre Campagne DF : Collectif zapatiste Jetitas ; Mouvement pour la paix dans la justice et la dignit√© ; Coordination en soutien et solidarit√© √ la Palestine ; Un pont √ l’esp√©rance ; Maison de tous les peuples.

√€ titre individuel, des compagnons de la CNTE des Sections 9 et 10.

Pour plus d’information, la page de l’APPO : http://www.asambleapopulardeoaxaca.com/

Voir en ligne : http://cspcl.ouvaton.org/article.ph...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0