intersiderale - διαστρική

Vottem, six ans d√©j√  :: 13 mars

samedi 19 février 2005, par intersiderale

A l’appel du CRACPE [collectif de r√©sistance aux centres pour √©trangers], de l’UDEP [union de d√©fense des sans-papiers], du collectif de r√©sistance aux expulsions et aux centres ferm√©s, de la coordination contre les rafles, les expulsions et pour la r√©gularisation, etc.

Tous ensemble √ Vottem le dimanche 13 mars 2005. Pour apporter notre soutien aux personnes arbitrairement d√©tenues dans les centres ferm√©s pour √©trangers, nous revendiquons :

LA SUPPRESSION DES CENTRES FERMES

L’ARRET DES EXPULSIONS

LA REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS

UNE POLITIQUE D’ASILE ET D’IMMIGRATION QUI RESPECTE LES DROITS HUMAINS

Rassemblement d√®s 13:30 devant l’Enclos des Fusill√©s (Citadelle).

D√©part vers Vottem √ 14h.


Le precaritylifestylecrew c√©l√®bre ce triste av√®nement et distribue un appel :

Appel pour une seconde journée européenne de mobilisation pour la liberté de circulation et le droit au séjour

A Paris, durant le FSE de novembre 2003, un appel a √©t√© lanc√© pour une journ√©e europ√©enne d’action contre les camps d’√©trangers et pour la r√©gularisation des sans papiers, auquel se sont associ√©s de nombreux r√©seaux et groupes. Des manifestations et actions ont eu lieu dans plus de quarante villes d’Europe le 31 janvier 2004, jour important pour la constitution d’un r√©seau europ√©en de migrants, d’activistes et de luttes.

Cette ann√©e nous voulons aller plus loin. Nous proposons √ tous les r√©seaux et √ tous les mouvements sociaux europ√©ens de nous rejoindre pour organiser une seconde journ√©e d’action le 2 avril 2005, autour de la libert√© de circulation et du droit au s√©jour, entendus comme une alternative au processus constitutionnel europ√©en.

Parler du processus constitutionnel europ√©en, c’est tout d’abord questionner l’¬« int√©gration ¬ » de ces derni√®res ann√©es, la citoyennet√© europ√©enne en formation, et la fa√ßon dont en sont g√©r√©es les fronti√®res, tant internes qu’externes. Dans ce processus, les camps pour √©trangers ont jou√© et sont appel√©s √ jouer un r√īle central ; bien que diff√©rents selon les pays, ce sont des institutions europ√©ennes √ part enti√®re, dont on va jusqu’√ envisager l’externalisation au del√ des fronti√®res ¬« externes ¬ » de l’Europe - des Balkans √ la Libye en passant par le Maroc.

Les camps sont la face la plus sombre d’une politique migratoire dont le but n’est pas tant d’interdire l’Europe aux migrants et aux r√©fugi√©s que de les inscrire dans un syst√®me d’inclusion s√©lective, qui d√©finit et g√®re les ill√©galit√©s en hi√©rarchisant les droits et en assignant des places vis-√ -vis des lois et des droits politiques. Au coeur des transformations de la citoyennet√© europ√©enne, c’est un nouveau mode de gestion de la force de travail, fond√© sur la pr√©carisation et l’exploitation, et qui est loin de ne concerner que les migrants. Ils ne sont que les premiers √ subir les conditions de vie et de travail qui seront bient√īt, √ des degr√©s divers, celles de tous les travailleurs en Europe. Mais, par leurs pratiques de la mobilit√©, ils portent un ensemble de revendications qui, quotidiennement, manifestent qu’il existe une autre Europe. Ce sont ces revendications que nous voulons int√©grer dans la pr√©paration de l’EuroMayDay, et nous appellons √ une participation massive au 1er mai 2005.

Loin d’√™tre une revendication id√©ologique ou purement th√©orique, la libert√© de circulation recouvre diff√©rentes luttes quotidiennes des migrants en Europe : pour le logement et la r√©gularisation, contre le racisme et les camps, sur le lieu de travail, luttes des femmes pour se lib√©rer elles-m√™mes de la structure patriarcale de leur pays d’origine comme de leur pays d’arriv√©e. La seconde journ√©e d’action doit mettre ces luttes au premier plan, les renforcer et multiplier leur pluralit√© dans un cadre transnational.

Nous invitons tous les groupes, r√©seaux et mouvements sociaux europ√©ens, au-del√ de ceux qui sont mobilis√©s sur les migrations, √ s’associer √ cet appel et √ se mobiliser le 2 avril 2005. Cette seconde journ√©e d’action reprendra les revendications du 31 janvier 2004.

Le 2 avril 2005 manifestations, actions et luttes partout en Europe !

http://pajol.eu.org/article732.html

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0