intersiderale - διαστρική
Accueil du site > συνδέσεις :: liens > blob ressources - πηγές συμπα > Contre le journal ¬ę La D√©croissance ¬ Ľ

¬« Moins de biens, plus de liens ! ¬ »

Contre le journal ¬« La D√©croissance ¬ »

samedi 7 juin 2008, par stlnpk

Nous nous y √©tions biens faits, pourtant, √ l’√©conomie. Depuis des g√©n√©rations que l’on nous disciplinait, que l’on nous pacifiait, que l’on avait fait de nous des sujets, naturellement productifs, contents de consommer. Et voil√ que se r√©v√®le tout ce que nous nous √©tions efforc√©s d’oublier : que l’√©conomie est une politique. Et que cette politique, aujourd’hui, est une politique de s√©lection au sein d’une humanit√© devenue, dans sa masse, superflue.

De Colbert √ De Gaulle en passant par Napol√©on III, l’Etat a toujours con√ßu l’√©conomie comme politique, non moins que la bourgeoisie, qui en tire profit, et les prol√©taires, qui l’affrontent. Il n’y a gu√®re que cette √©trange strate interm√©diaire de la population, ce curieux agr√©gat sans force de ceux qui ne prennent pas parti, la petite bourgeoisie, qui a toujours fait semblant de croire √ l’√©conomie comme √ une r√©alit√© - parce que sa neutralit√© en √©tait ainsi pr√©serv√©e. Petits commer√ßants, petits patrons, petits fonctionnaires, cadres, professeurs, journalistes, interm√©diaires de toutes sortes forment en France cette non-classe, cette g√©latine sociale compos√©e de la masse de ceux qui voudraient simplement passer leur petite vie priv√©e √ l’√©cart de l’Histoire et de ses tumultes. Ce marais est par pr√©disposition le champion de la fausse conscience, pr√™t √ tout pour garder, dans son demi-sommeil, les yeux ferm√©s sur la guerre qui fait rage alentour. Chaque √©claircissement du front est ainsi marqu√© en France par l’invention d’une nouvelle lubie. Durant les dix derni√®res ann√©es, ce fut ATTAC et son invraisembleble taxe Tobin - dont l’instauration aurait r√©clam√© rien moins que la cr√©ation d’un gouvernement mondial -, son apologie de l’ ¬« √©conomie r√©elle ¬ » contre les march√©s financiers et sa touchante nostalgie de l’Etat. La com√©die dura ce qu’elle dura, et finit en plate mascarade. Une lubie rempla√ßant l’autre, voici la d√©croissance. Si ATTAC avec ses cours d’√©ducation populaire a essay√© de sauver l’√©conomie comme science, la d√©croissance pr√©tend, elle, la sauver comme morale. Une seule alternative √ l’apocalypse en marche, d√©cro√ģtre. Consommer et produire moins, Devenir joyeusement frugaux. Manger bio, aller √ bicyclette, arr√™ter de fumer et surveiller s√©v√®rement les produits qu’on ach√®te. Se contenter du strict n√©cessaire. Simplicit√© volontaire. ¬« Red√©couvrir la vraie richesse dans l’√©panouissement de relations sociales conviviales dans un monde sain. ¬ » ¬« Ne pas puiser dans notre capital naturel. ¬ » Aller vers une ¬« √©conomie saine ¬ ». ¬« Eviter la r√©gulation par le chaos. ¬ » ¬« Ne pas g√©n√©rer de crise sociale remettant en cause la d√©mocratie et l’humanisme ¬ ». Bref : devenir √©conome. Revenir √ l’√©conomie de Papa, √ l’√Ęge d’or de la petite bourgeoisie : les ann√©es 1950. ¬« Lorsque l’individu devient un bon √©conome, sa propri√©t√© remplit alors parfaitement son office, qui est de lui permettre de jouir de sa vie propre √ l’abri de l’existence publique ou dans l’enclos priv√© de sa vie ¬ ».

Un graphiste en pull artisanal boit un cocktail de fruits, entre amis, √ la terrasse d’un caf√© ethnique. On est diserts, cordiaux, on plaisante mod√©r√©ment, on ne fait ni trop de bruit ni trop de silence, on se regarde en souriant, un peu b√©ats : on est tellement civilis√©s. Plus tard, les uns iront biner la terre d’un jardin de quartier tandis que les autres partiront faire de la poterie, du zen ou un film d’animation. On communie dans le juste sentiment de former une nouvelle humanit√©, la plus sage, la plus raffin√©e, la derni√®re. Et on a raison. Apple et la d√©croissance s’entendent curieusement sur la civilisation du futur. L’id√©e de retour √ l’√©conomie d’antan des uns est le brouillard opportun derri√®re lequel s’avance l’id√©e de grand bond en avant technologique des autres. Car dans l’Histoire, les retours n’existent pas. L’exhortation √ revenir au pass√© n’exprime jamais qu’une des formes de la conscience de son temps, et rarement la moins moderne. La d√©croissance n’est pas par hasard la banni√®re des publicitaires dissidents du magazine Casseurs de pub. Les inventeurs de la croissance z√©ro - le club de Rome en 1972 - √©taient eux-m√™mes un groupe d’industriels et de fonctionnaires qui s’appuyaient sur un rapport des cybern√©ticiens du MIT.

Cette convergence n’est pas fortuite. Elle s’inscrit dans la marche forc√©e pour trouver une rel√®ve √ l’√©conomie. Le capitalisme a d√©sint√©gr√© √ son profit tout ce qui subsistait de liens sociaux, il se lance maintenant dans leur reconstruction √ neuf sur ses propres bases. La sociabilit√© m√©tropolitaine actuelle en est l’incubatrice. De la m√™me fa√ßon, il a ravag√© les mondes naturels et se lance √ pr√©sent dans la folle id√©e de les reconstituer comme autant d’environnements contr√īl√©s, dot√©s des capteurs ad√©quats. A cette nouvelle humanit√© correspond une nouvelle √©conomie, qui voudrait n’√™tre plus une sph√®re s√©par√©e de l’existence mais son tissu, qui voudrait √™tre la mati√®re des rapports humains ; une nouvelle d√©finition du travail comme travail sur soi, et du Capital comme capital humain ; une nouvelle id√©e de la production comme production de biens relationnels, et de la consommation comme consommation de situations ; et surtout une nouvelle id√©e de la valeur qui embrasserait toutes les qualit√©s des √™tres. Cette ¬« bio√©conomie ¬ » en gestation con√ßoit la plan√®te comme un syst√®me ferm√© √ g√©rer, et pr√©tend poser les bases d’une science qui int√®grerait tous les param√®tres de la vie. Une telle science pourrait nous faire regretter un jour le bon temps des indices trompeurs o√Ļ l’on pr√©tendait mesurer le bonheur du peuple √ la croissance du PIB, mais o√Ļ au moins personne n’y croyait.

¬« Revaloriser les aspects non √©conomiques de la vie ¬ » est un mot d’ordre de la d√©croissance et en m√™me temps que le programme de r√©forme du Capital. Eco-villages, cam√©ras de vid√©o-surveillance, spiritualit√©, biotechnologies et convivialit√© appartiennent au m√™me ¬« paradigme civilisationnel ¬ » en formation, celui de l’√©conomie totale engendr√©e depuis sa base. Sa matrice intellectuelle n’est autre que la cybern√©tique, la science des syst√®mes, c’est-√ -dire de leur contr√īle. Pour imposer d√©finitivement l’√©conomie, son √©thique du travail et de l’avarice, il avait fallu au cours du XVIIe si√®cle interner et √©liminer toute la faune des oisifs, des mendiants, des sorci√®res, des fous, des jouisseurs et autres pauvres sans aveu, toute une humanit√© qui d√©mentait par sa seule existence l’ordre de l’int√©r√™t et de la continence. La nouvelle √©conomie ne s’imposera pas sans une semblable s√©lection des sujets et des zones aptes √ la mutation. Le chaos tant annonc√© sera l’occasion de ce tri, ou notre victoire sur ce d√©testable projet.

le lundi 23 juillet 2007 par Comité invisible

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0